imagespavot                                                   Je ne l'attendais pas...

 

Je ne l'attendais pas, je n'attendais personne. J'étais bien décidé à ne pas tomber amoureux. Je voulais vivre tranquille avec mes livres et mes souvenirs. Il est entré dans ma vie par effraction, sur la pointe des pieds. Il ne marchait pas il dansait, il s'envolait même, de sa démarche souple et chaloupée. Il venait d'avoir vingt et un ans et moi un peu plus... Je n'ai pas fait le compte ce jour-là, j'avais autre chose en tête. Rien ne pouvait m'atteindre vraiment quand il était là, rien ne me touche depuis qu'il n'est plus là. L'affection de quelques-uns sans doute et c'est déjà beau, déjà beaucoup. Je n'ai rien changé à mes habitudes, son absence m'obsède mais sa présence aussi m'obsédait. La différence est impalpable ce matin, je sais seulement que le téléphone va sonner et que ce n'est pas lui qui prendra de mes nouvelles.

Je suis resté assez longtemps insensible aux avances, décidé à ne pas tomber amoureux, laissant cela aux jeunes filles perdues d'avance, et puis le diable l'emporte toujours...Souffrir combien de temps pour presque cinq ans d'amour sans faille? la balance penche vraiment trop du mauvais côté. Je ne suis pas fait pour les grandes tragédies que sont l'amour et la mort. Je suis fait pour la vie et je vois bien pourtant que la vie c'est l'amour et la mort. Je vais donc détester plus encore ce premier printemps sans lui. Il me dérange déjà alors qu'il n'est inscrit au calendrier que dans deux mois. je voudrais l'avaler d'un coup et revoir l'automne sous un ciel plus conforme à ma mélancolie.

Prendre les jours comme ils viennent, sans impatience, ne pas leur demander l'impossible, se résoudre à leur monotonie. Moi qui ai toujours décidé, je me laisse porter au gré des circonstances. Je n'ai plus envie de me distinguer pour plaire, cela m'éloigne trop de lui. Ma vie avec lui ressemblait beaucoup au bonheur, je redoutais d'avoir un jour à en payer le prix. C'est fait! Quand on est pessimiste on est sûr d'avoir raison finalement.

Depuis deux jours, écrire ce texte ne suffit pas à m'apaiser. Est-ce la lune montante qui me malmène? elle finira bien par redescendre. Ce que je crois moi, c'est que l'amour est une proposition du diable, il faudrait savoir lui resister. Je me fais peur en me relisant...Depuis un mois maintenant je me suis remis à écrire, et malgré la noirceur de mes mots, je sens que ça me fait du bien finalement. Je vais m'en sortir je le sais. Les sentiments encore forts vont se transformer. Je ne me reconnais pas encore, je suis maladroit, gauche, j'ai des attitudes que je n'avais jamais eues auparavent. C'est normal je pense, l'amour peut faire très mal aussi. Je suis optimiste, tout cela finira et je redeviendrai le garçon joyeux que j'ai toujours été.

Du passé déjà. Que de changements depuis ce vingt quatre décembre où sans me poser la moindre question, j'ai recommencé d'écrire ma vie, sans savoir ce que j'en ferai. je ne suis pas plus avancé, je ne suis sûr de rien, sauf d'une chose, il n'est plus là. Ceux qui le connaissent le reconnaîtront, les autres l'aimeront sûrement.

 

Le 20 janvier 2011