oy0bn7wfsolitude                                                                Solitude

 

La nuit ça va encore, ce sont les matins qui pèsent lourd, qui m'annoncent encore un jour sans lui. Le matin, le soleil me nargue, et même la neige ne me console pas de son absence. Alors j'écris pour le retrouver, j'écris pour oublier tout ce qui n'est pas lui, j'écris le dos au mur pour ne pas reculer, je me bat seul et les mains nues contre cette évidence qui s'impose et qui gagne forcément. Il n'est plus là. Il faut quand même que je me lève. Cela fait deux mois aujourd'hui que je m'épuise à tenir sans lui, deux mois sans l'entendre éclater de rire et cette photo de lui en fond d'écran sur mon ordinateur qui me regarde écrire et qui me fait baisser les yeux.

La solitude est une drogue douce dont je ne saurais me passer, je puise en elle la force qui m'aide a tenir en ce moment. Je n'ai besoin de voir du monde que deux, trois heures par jour. C'est bien suffisant pour dire des bêtises. Quand plus rien ne bouge autour de moi, que le silence est absolu, le temps d'un soupir, je suis hors de danger. La solitude que la vie nous impose et celle que l'on choisit, ce n'est pas du tout la même chose. Face à l'épreuve de l'absence il faut tenir. Faire "contre mauvaise fortune bon coeur".  Il y a beaucoup de vrai dans ces expressions toutes faites que les hommes se répètent depuis toujours. Son départ est une défaite irrémédiable, je la nie en écrivant, en faisant seul ce que j'aurais fait avec lui. J'ai des dispositions pour la solitude, elle est mon alliée, ces jours c'est dans le silence que je le retrouve. Ma victoire? ce sera de rester seul sans trembler.

Le 24 février 2011