17322896_p                                                             Le manque

 

Des jours d'angoisse insoutenables, les pires de ma vie, il y a deux ans içi, notre dernier printemps avec elle. Un mois d'avril ensolléillé et la maladie qui l'emportait.
J'ai déjà raconté cela l'an passé pour faire honte au soleil et au Bon Dieu de nous avoir fait tant de mal. Je ne vais pas recommencer mais la douleur est toujours aussi vive.
Deux ans et j'ai l'impression que c'était hier. Il est dix neuf heures.. L'heure à laquelle je montais voir mes parents, il manque aujourd'hui quelqu'un.
Je ne sais pas où elle est, mais je vois bien où elle n'est plus. Non je ne m'habitue pas

Le 19 septembre 2007